L’avion de Bertrand Piccard, c’est comme Icare (sans la chute)

by Baudouin Van Humbeeck on 26 mai 2011

Solar Impulse - Bruxelles mai 2001

Mon nouveau meilleur ami s’appelle Bertrand Piccard. La preuve :

Solar Impulse - Bruxelles mai 2011 - groupie shot

Grâce a Stéphanie et son équipe, le barème blog-post-worthy (également appelé «point Samsung») a largement été atteint (même si je n’aurais pas été contre un goodbye bag, mais je fais mon difficile…)

Solar Impulse - Bruxelles mai 2001

Quelques réflexions au vol et dans le désordre sur ce moment qui se voudrait historique et qui le deviendra peut-être :

Solar Impulse - Bruxelles mai 2001

  1. A partir de quand devient-on un junket junkie, qui passe ses soirs à réseauter comme un chef d’état, avec un «minder» à ses cotés qui veillent a ce que tous les invités high-level reçoivent leurs minutes de conversation avec le pionnier aux yeux de grand enfant ? Je sais que « Piccard » rime avec « rock star » mais heu…
  2. Ça fait plaisir de pouvoir toucher – ou presque, la sécurité n’est pas très open du 2.0 – un exemplaire 1.0 d’un mode de transport que le pic pétrolier va rendre indispensable d’ ici…20ans. Parce que c’est ça ou retrouver un charme fou aux traversées transatlantiques en paquebot. Avant de dépoussiérer du Sardou, demandons-nous a quoi ressemblerait des paquebots Ryanair.
  3. Etre un pionnier, ça veut dire jeter la prudence par-dessus les moulins : le grand-pere, Auguste – Tournesol – Piccard s’est envolé pour la première fois vers la stratosphère sans etre couvert par aucune assurance-vie.
  4. Un avion de ligne a propulsion solaire, c’est pas pour tout de suite. Chaque passager supplémentaire implique une augmentation substantielle de la surface des ailes, déjà imposante. Il va falloir faire progresser la technologie des batteries et des capteurs solaires.
  5. André et Bertrand, mes deux nouveaux meilleurs amis ont deux occasions de faire avancer leur schmilblick, servies sur un plateau.

    Primo, anecdotique : open-sourcer le modèle informatique de Solar Impulse pour la communauté des pratiquants de la simulation de vol sur PC.

    Deusio, beaucoup plus sérieusement : puisque le but des deux compères est de trouver pour cette planète un moyen de transport aérien qui ne dépende pas des carburants fossiles, le meilleur moyen de donner un formidable coup d’accélérateur à ce projet serait de rendre cet avion open-source d’une façon ou d’une autre de façon à ce qu’il n’y aie pas que leurs sponsors qui aient le privilège de faire avancer le schmilblick. Allez Bertrand, devient un vrai pionnier du 21ème siècle : fais péter l’open-source !

Deux dernières choses : samedi j’ai cours de langue-de-l’empire du mal. Quelqu’un peut-il demander pour moi à André comment on gère le flux pipi-caca pendant un vol de 26 heures ?

Mon Kiss and Ride à moi : si tu es la rouquine mutine qui couvre la Green Week pour l’agence polonaise de presse et que depuis ce matin tu es prise d’une violente envie de m’adresser la parole voire plus si affinités, sache que c’est tout à fait négociable. Cependant, si tu es atteinte de ce fétichisme, laisse-moi quand même un délai de réflexion. Merci-bisous.

flattr this!

Previous post:

Next post: